Commissariat

Permanences aide aux victimes de violences conjugales au commissariat de police
Bourg en Bresse - Oyonnax

commisariatCes permanences s’inscrivent dans le cadre d’un partenariat entre la Direction Départementale de la Sécurité Publique et l’AVEMA débuté en 2007. Elles s’appuient sur la loi de programmation pour la sécurité intérieure du 29 août 2002 qui réaffirme que « l’accueil, l’information et l’aide aux victimes sont pour les services de sécurité intérieure, une priorité ». Elle ajoute également que les forces de sécurité doivent s’acquitter de leur devoir de conseil en adressant les victimes à l’organisme approprié. La charte de l’accueil et de l’assistance aux victimes d’infractions pénales désormais affichée dans tous les services de police depuis le 15 janvier 2004 constitue de même le support législatif de cette proposition d’intervention.

Ces permanences se veulent au plus près de l’accueil policier afin que les victimes de violences conjugales puissent disposer dans un temps le plus proche possible de la survenance de l’évènement, du soutien et des conseils des professionnels de l’aide aux victimes. En effet, le parcours d’une femme victime de violences conjugales est jalonné de démarches et d’étapes qui sont autant de rencontres parfois éprouvantes avec les professionnels, acteurs institutionnels ou fonctionnaire d’un service public. Ces permanences hebdomadaires au commissariat peuvent permettre d’évaluer la complexité des attentes d’une victime, de dégager des priorités, d’orienter, d’expliquer et de donner du sens à l’action des professionnels (policiers, médecins, parquet). Ces permanences s’inscrivent en parfaite complémentarité avec celle des policiers souvent au cœur de l’évènement.

Objectifs Opérationnels

Les permanences se déroulent à raison de quatre demi-journées par semaine au sein de l’hôtel de police d’Oyonnax et de Bourg en Bresse. L’orientation des femmes victimes se fait soit sur rendez vous pris directement par les fonctionnaires de police de l’accueil, soit sur remise d’un courrier type de prise de rencontre remis à la victime qui souhaite garder une confidentialité dans la procédure. Suivant les situations rencontrées, un écrit rendant compte de la complexité de la situation ou d’une souffrance manifeste de la plaignante est adressé par le service d’aide aux victimes aux services enquêteurs (notamment dans le cadre d’une main courante)

Objectifs attendus

Lever les réticences de nombreuses victimes à déposer plainte. Développer à leur endroit l’écoute, la disponibilité et la délivrance d’informations nécessaires pour les aider à franchir ce cap de la procédure. Mettre en confiance la victime dans ses contacts avec les professionnels de l’enquête pénale. DEVELOPPER au sein des services de police une réflexion spécifique « femmes victimes de violences conjugales »

Allô Victimes - 04 74 32 27 12